Si vous habitez à côté de la frontière, il peut être très tentant d’aller travailler en Suisse. En effet, devenir frontalier présente beaucoup d’avantages surtout lorsque l’on parle de la Suisse. Malgré quelques inconvénients, il est en général très avantageux d’aller travailler de l’autre côté de la frontière. En revanche, trouver du travail en Suisse, et dans un pays étranger de manière générale peut être assez flou, surtout lorsque l’on découvre le monde du travail de ce pays, qui peut être assez différent dans sa façon de fonctionner, et ceux en fonction du secteur d’activité.

La conversion SUVA pour devenir cariste en Suisse

Si vous êtes cariste en France, ou si vous êtes en pleine reconversion professionnelle en voulant travailler en Suisse, la formation SUVA peut être un très bon moyen pour vous, de mieux gagner votre vie, et ceux de façon accessible. En effet, le permis SUVA vous permet de convertir vos catégories 3 et 5 du CACES R489 en CACES Suisse, et les rend donc valide à vie et dans tous les cantons suisses. Cette formation donne accès à toute personne, pouvant . Même si vous n’avez pas les CACES français, les obtenir peut être un très bon investissement et une très bonne opportunité pour travailler en Suisse, car le prix que vous devrez débourser pour vous former, sera très vite amorti en raison du taux du salaire frontalier Suisse.

Comment trouver les offres d’emplois pour travailler en Suisse

A moins d’avoir une opportunité via un contact, savoir où chercher les offres d’emplois, et savoir comment travailler en suisse n’est pas forcément donné à tout le monde. Nous avons de la chance, l’essor d’internet vous offre infiniment plus de possibilités pour trouver une offre d’emploi qu’avant. Pour trouver du travail en Suisse, vous avez plusieurs options, afin de dérouter une offre d’emploi qui vous correspond. Vous pouvez vous tourner soit vers des agences spécialisées par le travail frontalier, soit vers des sites d’offres d’emploi et même dans certains cas vers Pôle Emploi !

Travailler en Suisse grâce aux agences spécialisés

Comme en France, il existe des cabinets de recrutement et des agences intérim spécialisées dans l’emploi de frontaliers, pour pouvoir travailler en Suisse. Une fois l’inscription à une agence faite, celle-ci se chargera de trouver des offres d’emploi en fonction des informations et des critères que vous leur avez fournis. Ensuite, l’agence se chargera de vous mettre en relation avec les différentes entreprises, en leur envoyant vos documents personnels, que vous devez fournir à l’agence au moment de l’inscription. Si vous ne connaissez pas du tout les méthodes de fonctionnement de l’emploi en Suisse, cela peut être un très bon moyen de trouver facilement de l’emploi, sans avoir une grande connaissance des entreprises et de leurs méthodes de fonctionnement.

Entretient dans une agence d'emploi Suisse

Trouver votre travail grâce à Pôle Emploi

Sur le web, il peut être assez facile de retrouver des offres d’emploi, et c’est également le cas pour le travail frontalier. En effet, des sites spécialisés tels que “Indeed”, “jobs.ch” ou “jobeo.ch” vous offrent la possibilité de postuler pour pouvoir travailler en Suisse. Les employeurs mettent en ligne leurs offres sur les différents sites, puis, libre à vous de prendre contact ou non avec les différents employeurs. Vous pouvez effectuer un tri selon plusieurs facteurs, le métier, la localité, le salaire et ainsi de suite.

Financement de formation avec Pôle Emploi

Il faut savoir que Pôle Emploi peut vous aider à financer des formations afin de vous aider à changer de voie. Par exemple, si vous souhaitez devenir cariste en Suisse, nous vous proposons la formation SUVA qui permet de convertir ses CACES français en permis Suisse. Pour passer cette formation vous devez avoir les CACES R489 catégorie 3 et 5, ce que vous n’avez pas. Si vous n’avez plus de solde CPF, vous pouvez faire une demande de financement de la formation par Pôle Emploi, qui décidera de financer ou non votre formation, en fonction des cas. Il ne vous reste plus qu’à financer et passer votre conversion SUVA pour devenir magasinier cariste en Suisse. A savoir que c’est un très bon moyen de travailler en Suisse assez facilement.

Les spécificités et démarches pour travailler en Suisse

Cela va de soi, les législations française et suisse, notamment en matière de code du travail, sont loin d’être les mêmes sur certains aspects. En effet, si vous souhaitez travailler en Suisse, il vous sera important de connaître au préalable toutes les règles et les spécificités suisses pour mettre toutes les chances de votre côté.

Travailler en Suisse grâce au droit de séjour

Pour travailler en Suisse, un employé doit obligatoirement obtenir un droit de travail, le permis G. Ce permis est réservé aux travailleurs frontaliers, résidents dans l’Union Européenne, ayant un contrat de travail en CDD ou CDI. Celui-ci est valable jusqu’à 5 ans si le contrat obtenu est un CDI, ou si le contrat est un CDD de plus d’un an. Sinon, pour une durée entre 3 mois et un an, celui-ci sera égal à la durée du contrat de travail Suisse. Vous ne pouvez pas faire une demande de permis G si votre contrat de travail proposé est de moins de 90 jours. Enfin, la demande doit être faite auprès du canton suisse où se situe votre employeur, mais cette demande sera faite par votre employeur. 

Les spécificités du Code du Travail Suisse

Avant de travailler en Suisse, il faut savoir que le code du travail du pays présente quelques spécificités. En effet, il y a quelques nuances notables qu’il faut savoir. Dans un premier temps, il faut savoir que vous ne travaillerez pas 35 heures en Suisse. En effet, le temps de travail se trouve généralement au minimum à 42 heures, et peut même aller jusqu’à 50 heures par semaine maximum, selon le secteur d’activité. Ensuite, les jours de congé ne sont pas fixés à 5 semaines comme en France. En effet, en travaillant en Suisse, vous n’aurez le droit qu’à 4 semaines de congés payés par an, si une convention collective ne vient pas contredire cela. Attention, le travailleur Suisse est également beaucoup moins protégé par rapport à son homologue français, notamment du fait qu’un contrat de travail peut être résilié de façon orale, sauf si le contrat de travail précise le contraire.

Souscription à la sécurité sociale Suisse

Lorsque vous travaillez en Suisse, vous n’êtes plus couvert par le régime normal de l’assurance-maladie française, ou par votre mutuelle française. Il vous faut donc souscrire obligatoirement à une assurance santé de l’autre côté de la frontière, ou à la CMU (Couverture Maladie Universelle) Frontalière. Il faut savoir que la prise en charge de vos soins avec la CMU, sera assez limitée, notamment pour les soins coûteux du type hospitalisation, soins dentaires ou soins optiques. Il vous est donc conseillé de souscrire au régime Suisse LAMal qui vous couvrira indifféremment en France et en Suisse. Renseignez-vous bien sur les deux régimes avant d’aller travailler en Suisse, car votre choix peut avoir de grosses conséquences sur votre santé et sur votre portefeuille.  

Adapter sa candidature pour travailler en suisse

Comme pour chaque pays, la Suisse a ses spécificités concernant les candidatures. Que ça soit pour votre CV ou pour votre entretien, il y a quelques petits éléments à respecter pour mettre toutes les chances de votre côté. 

Adaptation d'un CV français en CV Suisse

Respectez les mœurs de l’emploi Suisse

Le CV Suisse sera plus axé sur les compétences, qui devront être précisées de façon plus précise que sur le CV français. Attention à la barrière de la langue ! Si vous souhaitez travailler en Suisse française du côté de Genève, vous n’aurez pas ce problème. En revanche, si vous vous situez dans la région mulhousienne, vous serez plus enclin à travailler du côté de Bâle. Sachant que tous les services ne prennent pas de CV en français, il vous faudra adapter votre CV Suisse en allemand, et sans erreur, pour avoir une chance d’être recruté. Attention, si votre CV n’est pas parfait ou presque, il y a de grande chance qu’il soit automatiquement refusé. Soyez donc rigoureux dans sa rédaction. Adapter le vocabulaire qui n’est pas forcément le même dans les différents pays. Cela peut vite amener à une incompréhension ou à un quiproquo. 

Réussir et garder son travail en Suisse

Devenir frontalier et aller travailler en Suisse peut être assez compliqué et peut faire peur. Mais grâce à ces éléments, vous aurez déjà les cartes en main pour réussir votre emploi de l’autre côté de la frontière. Attention, soyez rigoureux dans votre travail et veillez à respecter vos horaires de travail, car le droit à l’erreur est moindre par rapport à en France.