Avant toute installation de système de détection d’obstacle, il est important, en amont, de définir complètement le besoin et d’établir une démarche prévention des collisions engins-piétons

L’observation et l’analyse, de chaque situation de travail et de chaque engin, constituent une étape préalable indispensable à l’expression du besoin. Il vous permettra non seulement de dresser un bilan sécurité de l’ensemble des postes de travails mais aussi de retenir le dispositif technique adéquat à chaque situation.

Un préventeur de l’entreprise ou une entreprise prestataire pourront être porteur de la démarche et réaliser les analyses par engins et par situations de travail.

Le déploiement d’un dispositif de détection doit être le résultat d’une démarche prévention 

Le déploiement de dispositifs de détection d’obstacle doit dépendre d’une démarche de prévention. L’installation de tels systèmes sont justifiés uniquement s’ils permettent de répondre à votre besoin. Cette démarche doit être présentée sous la forme d’un document écrit permettant d’enregistrer et de répertorier les décisions et éléments ayant conduit à votre choix. Vous pourrez alors réutiliser ces éléments dans d’autres situations, d’autres sites et justifier les options retenues.

Identifier et décrire le problème à traiter 

Pour identifier le problème et disposer de l’approche la plus réaliste possible, il est essentiel d’impliquer ou de représenter au mieux les personnels concernés par la situation de travail. Vous devrez alors engager conducteurs, piétons, préventeurs, salariés ayant une activité proche de la zone, prestataires extérieurs, que ce soit sur votre site interne ou externe, à la définition de la situation de travail pour définir les problèmes liés.

Une fois l’information ces premières informations engrangées, il est important d’observer, d’un œil attentif l’ensemble des situations, tout en prenant le maximum de recul. Votre observation sera utile et permettra de compléter les déclarations des personnes concernées. Répertoriez lors de l’observation toutes les remarques sur les situations, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. 

L’ensemble des éléments récoltés vous permettront de déterminer les zones dangereuses ou à risques qui subsistent et de prioriser les zones d’interventions.

Observation de l’engin à équiper

L’observation du poste et de la situation de travail sur l’engin permet de prendre connaissance 

  • Des caractéristiques de l’engin comme son encombrement, les zones passages de piétons, la visibilité directe ou indirecte depuis le poste de conduite.

  • Des sens de déplacement, de la vitesse maximale de déplacement et de travail

  • Des mouvements contenant des risques pour les personnes

Visibilité depuis le poste de conduite d’un chariot élévateur avec et sans la charge

Bien s’interroger sur la visibilité

Il est important de veiller à ce que le conducteur de l’engin puisse avoir une visibilité au moins partielle sur les zones à risque liées aux mouvements et déplacements de sa machine.

Si la visibilité du conducteur ne peut, même partiellement, être rétablie, il vous faudra repenser votre stratégie, en définissant la problématique dans son ensemble, en changeant par exemple l’organisation du travail (comme l’assistance du conducteur à la conduite de son engin par un interaction homme-trafic).

les interaction homme-trafic pour limiter les risques de collisions engins-piétons

L’environnement d’évolution de l’engin

Il est nécessaire de prendre du recul sur les situations de travails nécessitant la mise en œuvre d’un engin en prenant en compte l’environnement. L’observation du site d’activité permet de prendre connaissance :

  • Des caractéristiques du site : contrôles d’accès, voie publique, etc…

  • De l’activité de l’entreprise

  • De la présence de zones de circulations communes, de voies étroites ou dangereuses et des zones de manœuvres manquants de visibilité

Les risques de collisions liés à la situation

Enfin, prenez le temps d’observer l’ensemble de l’activité sur le site concerné pour vous permettre de :

  • Des phases particulières présentant des risques : démarrage, mouvements établis, etc…

  • De la présence, dans le temps, l’espace et le nombre de piétons présents sur les zones d’évolution et de veiller à ce que l’ensemble du personnel à proximité soient exclusivement amenés à travailler sur l’opération ou dans l’entreprise. 

  • De l’attitude du conducteur lors des tâches à effectuer : position, direction du regard, etc…

Comment définir les situations à risque de collision engins-piétons sur lesquelles intervenir ?

Une fois les risques de collisions engins-piétons connus, il est important de déterminer les situations à risque que l’on souhaite couvrir avec l’ajout d’un dispositif de détection. Votre choix doit tenir compte des risques à résoudre en priorité et de la faisabilité

Comment prioriser les risques de collisions engins-piétons à traiter ?

Vous devez définir les priorités des zones à traiter en fonction de l’activité sur l’engin selon : 

  • La fréquence et la durée d’exposition des piétons aux risques de collision, définie notamment sur le nombre de manœuvres à risques, de la présence d’intervenants sur cette zone et bien évidemment du nombre de personnes en danger

  • De la possibilité d’évitement ou de limitation des dégâts par le conducteur ou des personnes exposées à la situation. Votre interprétation devra se faire selon la vitesse de l’engin, l’endroit où l’attention du conducteur et des piétons. Vous devez également prendre en compte la capacité ou la possibilité pour tout intervenant de surveiller les zones à risques, en fonction des conditions d’environnement (bruit, éclairage, etc…)

L’analyse portée aux situations et à leurs propositions renforce la nécessité d’apporter un travail collectif à la résolution de la problématique. Pour autant, la hiérarchisation et ce malgré vos préconisations sont de la responsabilité du chef d’entreprise (qu’il peut lui aussi déléguer).

Déterminer si son engin peut être équipé d’un dispositif de détection

Il est nécessaire de se renseigner sur le marché des dispositifs de détection d’obstacles ou de personnes et d’étudier avec une connaissance minimale, la possibilité d’installer ce dispositif sur votre engin selon votre besoin.

Décider d’équiper ou non ses engins de système de détection

Si l’engin peut accueillir un système de détection d’obstacles, le choix de l’équiper ou non doit se faire selon : 

  • Les mesures préalablement apportées (organisationnelle, visibilité, etc…)

  • L’évaluation des risques et la définition des besoins

  • L’environnement, il se peut que la zone d’évolution de l’engin ou que la présence d’intervenants soient incompatibles avec la mise en œuvre d’un système de détection (co activité à proximité, risque de surcharger le conducteur par des alertes d’avertissements fréquents, etc…)

  • La décision de l’entreprise

Comment savoir quel dispositif de détection d’obstacles ou de piétons utiliser ?

Pour répondre à votre besoin de détecter les obstacles ou piétons aux abords de la zone d’évolution de l’engin, il faut vous baser sur les éléments recueillis de votre démarche de prévention des collisions engins-piétons. Ils vous permettront d’exprimer précisément la ou les fonctions de détections souhaitées.

Comment définir la zone de détection ?

Il est impératif de définir les caractéristiques suivantes : 

  • La taille du plus petit objet (personne ou partie de personne) qui devra être détectée

  • La hauteur minimale de détection

  • Le temps de réponse souhaité (vitesse et distances d’arrêt du véhicule)

  • Les postures spécifiques liées à l’activité des opérateurs

Co Activité à risque de collision engins-piétons proche du périmètre d’évolution d’un engin

Définir les contraintes générales d’utilisation liées à l’application envisagée

Il faut exprimer les contraintes selon : 

  • Les mouvements pour lesquels le dispositif de détection doit pouvoir fonctionner

    • Si l’accès aux éléments : engins, site, chantier sont contrôlés
  • Si les personnes exposées aux dangers doivent être également avertie 

Illustration d’un contrôle d’accès à une zone de chantier

Définir les contraintes générales d’utilisation liées à l’application envisagée

Vous devez être en mesure de déterminer les conditions environnementales où l’engin sera amené à évoluer et les conditions pouvant perturber les fonctions de détection de votre dispositif : 

  • Conditions intérieures ou extérieures : éclairage naturel ou artificiel, fonctionnement nocturne, intempéries, etc…

  • Chocs et vibrations pouvant détériorer l’équipement 

  • Les fréquences électromagnétiques : ligne haute tension, talkie-walkie, ondes radio, etc…

  • L’ensemble des obstacles fixes et mobiles : poteaux, bordures, engins, etc…

Les contraintes ergonomiques

Enfin, avant de choisir quel dispositif de détection répondra correctement à votre besoin, il est nécessaire d’exprimer les besoins en termes d’interface homme-machine et son utilisation par le conducteur.

  • Ambiance sonore : le signal pourra être entendu ? 

  • Luminosité : lorsque le dispositif intègre un système homme-écran, l’écran doit être visible en permanence 

  • Le positionnement des interfaces : postures, réduction de visibilité, etc…